Roman "Anamnèse de Lady Star" Laurent L. Kloetzer

Un roman post-apocalyptique ? Oui, mais pas que ...



C'est surtout une enquête pour retrouver tous les protagonistes impliqués dans la conception de la bombe. Cette bombe qui a exterminé les trois quarts de l'humanité.
Attention, la bombe n'est pas atomique, chimique, ou biotechnologique. C'est une bombe "iconique" ou psychique. Pour ceux qui connaissent, oui ce concept est proche du "Samourai Virtuel (Snow Crash)" de Neal Stephenson. Ce sont des Français qui ont mis au point cette arme. Ils y voyaient une arme culturelle capable de tuer "les autres" (ceux qui ne sont pas issus de notre culture judéo-chrétienne). Sympathique ! Voyez comme le concept est très actuel.

Pour que cela ne se reproduise plus, on ne peut pas simplement faire sauter une installation. Il faut détruire toute la connaissance (et même l'intention ?) et ceux qui ont mené à ça.

L'enquête se déroule sur des décennies et commence avant l'explosion.

Au cœur de l'enquête, un femme, insaisissable multiple et mystérieuse.
C'est une Élohim (pas de panique, nul place ici pour le bouffon Claude Vorilhon).
Qu'est-ce que les Élohim ? Ils sont assez difficiles à saisir.
Ils sont aussi appelés "fils des étoiles" sans que je sache pourquoi.
Ils ont besoin d'être au centre des pensées, désirs d'êtres humains pour rester tangibles et incarnés. Ils peuvent aussi disparaitre subitement. Ils se "nourrissent" (comme des éponges) de ceux qui les approchent de près.

Le récit est palpitant tant cette femme traverse la vie de tous les protagonistes. Elle est quelque part la muse de tous ceux qui ont touché de près ou de loin à la conception de la bombe et même de son souvenir. Étant un Élohim, elle a forcément absorbé consciemment ou pas la connaissance de la bombe ou du chemin qui y mène.

L'enquête est difficile. Le monde est dévasté. Les dangers sont multiples. La cible insaisissable.

C'est un roman exigeant. On passe d'une période à une autre d'un contexte à un autre.
Il m'a été parfois difficile de raccrocher les wagons. Le contexte n'est pas très bien défini.
Quelques exemples (attention je divulgâche) :
  • La bombe tue immédiatement (la psyché de la victime s'effondre jusqu'à un état végétatif irréversible) ou pas. Ceux qui ne meurent pas de suite sont des porteurs lents qui propagent les effets à tous ceux qui les voient ou leur parlent. Mais comment est-ce possible ?
  • Il y a des zones épargnées. Comment ? 
  • Certains porteurs lents semblent survivre dans un monde retourné sauvage.
  • Quelques chapitres se passent dans "Assur" qui n'est pas le pays merveilleux  des assurances, mais un monde virtuel. Je ne l'ai pas compris de suite. Je comprends vite, mais il faut m'expliquer longtemps.
  • Les dormants : visiblement un tas de personnes se sont mis en stase pour plus tard.
    Encore une fois comment ? L'explosion m'a semblé tellement imprévisible et la "maladie" devrait s'être répandue très vite.
    Et pourquoi ? Dans l'espoir d'une cure ? D'une éradication ?
    On retrouvera ici le monde virtuel car, visiblement pour qu'ils ne fassent pas de cauchemars, les dormants ont besoin de rêver ensemble avant le transfert.
  • Transfert ? On en parle peu au début puis de plus en plus. C'est un transfert vers les étoiles visiblement avec un ascenseur spatial.
    Encore une fois comment ? La mise en œuvre d'un ascenseur spatial me parait peu compatible avec une humanité réduite des deux tiers. S'il date d'avant la bombe, on n’en parle pas.
    Peut-être est-il lié aux fils des étoiles ? En tout cas à la fin du roman, on y charge les dormants pour les réveiller loin des origines de la bombe ?
Si jamais vous avez des pistes ou si j'ai tout compris de travers dites-le-moi dans les commentaires.

En conclusion : un roman riche, aux thèmes multiples, mais qui explicite peu son "monde"

Commentaires